Le cri du silence

Dans une semaine mes p’tits enfants
Viendront me rendre une visite
Et mon Marcel qu’est ce qu’il attend
J’aimerais tellement qu’il m’invite
Il attend peut être que j’prenne les devants
Ou qu’on devienne encore plus vieux
Mais moi je n’ai plus beaucoup de temps
Alors laisse m’en encore un peu

La commissure de tes lèvres
Chaque fois que tu me vois
N’indique plus le chemin du ciel
Elle s’effondre juste un peu plus bas
Je sais que ça pourrait être pire
Oui tu pourrais me dire adieu
Mais il me manque ton sourire
Redonne-moi en juste un ou deux

Perché sur ces hautes montagnes
J’aperçois mon reflet dans l’eau
Et j’entends le bruit qui s’éloigne
Dans le vacarme de ses mots
C’est sans musique que je danse
Il en faut peu pour être heureux
Comme vivre sous les cris du silence
Allez laisse m’en encore un peu

C’est dans la pénombre que j’écris
Mes plus beaux textes inachevés
Je n’ai que faire du soleil qui
M’éblouit sans même m’inspirer
La lune a bien plus à m’offrir
Elle n’a que du vrai dans les yeux
Mais je sens la nuit s’endormir
Allez laisse m’en encore un peu

On rêve tous d’arrêter le temps
De vivre dans un sourire
Au moins pour un instant
On rêve tous du silence
Dont se nourrit la nuit
Mais le message
N’arrive pas jusqu’à lui

Et comme le temps m’est compté
Pour la reconquérir
Je ne veux pas le supplier
Passer ma vie à l’attendrir
Ni même me plier à genoux
Pour voir mon bonheur se courber
Non je n’implorerai rien du tout
J’ai d’autres moyens pour espérer
L’entendre à nouveau me dire
Qu’elle n’a jamais cessé de regretter
J’ai des chansons à écrire